Pédophilie
Justhom

n.f. Le mot « pédophilie » est formé des radicaux grecs παῖς / paîs (« enfant ») et φιλία / philía (« amitié »).

Ni Dieu, ni maître, ni curé

« Dieu notre père comprend le langage des enfants, quel qu’imparfait qu’il soit. »

Thomas Wilson : les maximes et pensées (1755)

La violences des religions et notamment la religion catholique à travers les siècles n’est plus a démontré. Cependant forte de son cynisme, de sa morgue envers « les fidèles » et de son soutien des politicards de tous bords , la religion catholique continue à perpétrer ses crimes à travers le monde. Et notamment actuellement elle est éclaboussée par le scandale de la « pédophilie » chez une grande palanquée d’enjuponnés et ce au nom d’un Dieu miséricordieux et bon.

La théologie c’est simple comme Dieu et Dieu font trois

Le comportement et l’attitude des ecclésiastiques aujourd’hui me fait penser à ces preux du Moyen Age qui égorgeaient tout en faisant le signe de la croix et violaient les femmes après avoir invoqué la Sainte Vierge.

La pédophilie est gravée dans la formation des futurs bonimenteurs

Quand il s’agit de la pédophilie, les enjuponnés se transforment en prédateurs. On ne compte plus le nombre de curés, d’évêques, d’archevêques, de Monsignores, dans le monde qui ont été condamnés, mis en examen pour des actes d’abus sexuels ou de non dénonciation.

« La théologie c’est simple comme Dieu et Dieu font trois. »

Jacques Prévert

L’enseignement religieux dans les séminaires est préparatoire à l’inceste et au viol…

Le prêtre est souvent appelé « père » ou « mon père », l’acte de pédophilie est chez ces personnes censées représenter dieu un acte « sacré incestueux » et donc considéré « intouchable ». C’est ainsi qu’au « nom de Dieu le père », l’enjuponné peut se permettre toutes sortes de dérives.

Le capitalisme est une société patriarcale, injuste et inégalitaire qui est né dans les fonts baptismaux de l’église catholique ;

Le patriarcat qui aujourd’hui encore influe d’une façon dominante sur le fonctionnement de la société. C’est au non du père que les base du capitalisme ont été jetées et le patriarcat à la vie dure, il impacte durablement la vie des enfants, des femmes mais également la place des citoyens et des citoyennes dans la société. Les femmes sont considérées que des personnes de moindre importances. Dans les entreprises à travail égal leur salaire est inférieur de 30 % que celui des hommes. Elles subissent l’humiliation et ne peuvent que trop rarement accéder aux postes de responsabilité, à compétences égales. Elles subissent souvent le courroux de leur mari, de leur compagnon et meurent sous leurs coups.

Touche pas à son corps

Le corps sacré du prêtre est enseigné dès le séminaire, où l’on apprend la fumeuse formule :
« Touche pas à son corps », celui de la femme, « Touche pas à ton corps » interdiction de se masturber et « Touche pas à son corps », interdiction d’avoir des relations homosexuelles.

Que reste-t-il ? L’enfant !

On peut le constater que ces quelques lignes portent en elles toutes les dérives les plus ignobles qu’il soit… Et, c’est au nom de ce Dieu tout puissant que les curés et toute la hiérarchie ecclésiastique pratiquent en toute impunité, jusqu’à ce jour et ce à l’échelle mondiale des abus sexuels qui feront que des millions d’enfants seront traumatisés à vie.

Un abus de pouvoir « sacré »

La mise en place d’un décorum fastueux pour impressionner les enfants va permettre au prêtre d’abuser des enfants. Il sait que ceux-ci n’oseront pas en parler à personne et surtout pas aux parents catholiques…
Pour ce faire, l’église catholique a intégré dans son discours et ses sermons un lexique paternel destiné à mettre en confiance les enfants :
Le pape qui veut dire « papa », en grec, l’évêque appeler « monseigneur » qui vient de « senior », les moines, « pères des conciles », « les pères de la foi ». Le prêtre que l’on appelle « mon père », et le chef d’une abbaye qu’on nomme « abbé », de l’araméen « abba » signifiant « papa ».

Le pape François, un jésuite qui sait communiquer

L’attitude du pape François vis-à vis de la pédophilie est ambivalente et ambiguë d’autant que la curée romaine qui a été fondée en 1089 était régie en interne par le droit canon. Il réglait en interne les problèmes de mœurs et, il n’était pas question de les étaler sur la place publique. Tout comme l’armée l’église était la grande muette.

Seulement en 2011 fut édité la circulaire Benoît XVI qui oblige les églises locales à s’en remettre à la justice des Etats en cas d’atteinte aux mœurs… Certes , c’est une évolution, car le scandale de la pédophilie chez les religieux qui a éclaté depuis les années 1980-1990 ne pouvait pas rester impuni… Les curés ne pouvaient plus s’en tirer uniquement avec « la justice divine », trois paters et un avé, dans le secret du confessionnal ! La justice des hommes doit passer car les « corbeaux » sont des hommes.

Dans le même mouvement, ce grand « chrétien » de Benoît imputait les abus sexuels des curés à « l’esprit de mai 68 et à la dissolution du concept chrétien de moralité », qui en est résulté ! Mais c’est bien sûr, ce sont les travailleurs et les travailleuses par leurs luttes qui ont perverti, tous ces enfants de Marie ! Qui, c’est un comble était vierge et pourtant a accouché de l’enfant d’un Dieu ! Il n’a avait rien à comprendre car c’était un miracle !


Les prêtres prédateurs

C’est ainsi qu’en France, l’évêque d’Orléans André Fort a été condamné à 8 mois de prison avec sursis pour ne pas avoir dénoncé les agissements d’un prêtre pédophile, Pierre de Coye de Castelet . Ce dernier a été condamné a deux ans de prison ferme en 2018.
25 évêques, dont cinq qui sont toujours en poste ont méthodiquement couvert pendant des années 32 auteurs d’abus sexuels qui ont fait 339 victimes...

Il y a actuellement en France 9 prêtres emprisonnés pour faits de pédophilies, 51 prêtres mis en examen et 45 prêtres ayant déjà accompli une peine de prison.

Du 7 au 10 janvier 2019 a eu lieu le procès du cardinal Barbarin, l’archevêque de Lyon. Ce dernier a été été condamné par le tribunal correctionnel de Lyon à 6 mois de prison avec sursis pour n’avoir pas dénoncé les agressions sexuelles commises par un prêtre de son diocèse et dont il était au courant. Il admettra qu’il a fait des erreurs. Ce qui ne l’empêchera pas de faire appel à ce jugement.

Quand la justice des hommes rejoint l’injustice divine

Le 29 novembre 2019, l’avocat général n’a pas requis de condamnation… Pendant toute cette affaire le pape François en bon jésuite et en adepte de la restriction mentale n’a pas cessé d’apporter son soutien à Barbarin.
François a défendu mordicus un évêque chilien qui était accusé d’avoir dissimulé des actes de pédophilie. Il fut par la suite contraint de reconnaître son erreur (il est pourtant infaillible) et a présenté des excuses aux victimes.
La restriction mentale est une doctrine jésuitique qui permet de mentir qu’à moitié pour dire ce que l’on pense afin abuser ceux à qui l’on s’adresse, de ne pas dire expressément la vérité. Pourtant, un des 10 commandements de l’église est bien si je ne m’abuse « Tu ne mentiras pas ».
L’église répand la « vérole sur le monde

En Argentine, en Colombie, au Canada, En Irlande, Aux Etats-Unis, en Belgique… ce sont des dizaines de milliers d’enfants qui sont victimes de ces prédateurs.

Une gangrène

Quand un journal catholique belge assure la promotion de la pédophilie

L’édition nationale du journal Klerk et Leven (Eglise et vie) principal hebdomadaire catholique de la Belgique néerlandophone, fondé par les pères bénédictins et dirigé par les évêques de Bruxelles et de Bruges a publié le 9 août 1984, une annonce à faire sauter tous les boutons des soutanes des curés pour faire « sauter » plus rapidement les enfants et pas sur leurs genoux ! Tant le contenu est d’une teneur criminelle.

Tous ces dépravés se présentent comme étant nos guides mais se comportent comme des bandits de grand chemin…

Cette annonce présente les activités d’un groupe de travail œcuménique sur la pédophilie. Ce groupe de travail existe en Flandre depuis plusieurs années. Ce groupe était composé de catholiques et de protestants.

La perversité de tous ces personnages ne fait pas de doute, d’autant que la brochure éditée et envoyée aux personnes qui sollicitent des renseignements divins !, sur la pédophilie est sans équivoque.

Laissez venir à eux les petits enfants et ils iront tout droit au paradis !

« Des relations sexuelles fréquentes entre adultes et enfants ne sont pas nécessairement préjudiciables à ces derniers et il existe même des relations sexuelles qui sont agréables et précieuses pour les enfants. »

« L’amitié entre un pédophile et un enfant ne doit pas être une raison de panique . Il n’y a pas forcément raison d’avoir peur. Pas même si cette amitié s’accompagne d’une relation sexuelle. Ayez confiance en votre enfant. Si votre fils ou votre fille accepte cette relation comme étant agréable ne détruisez pas ce lien. »

« Beaucoup de chrétiens convaincus peuvent apprendre beaucoup des pédophiles. »
« Il est préférable qu’il y ait une relation de confiance entre le pédophile et les parents (de l’enfant). »
Il aura fallu attendre 2010 pour qu’un organe e presse belge, en l’occurrence le quotidien « De Morgen », publie sous la plume du journaliste Douglas de Conninck, une enquête sur « la mentalité pédophile » dans l’église flamande en s’appuyant précisément sur l’annonce parue dans Kerk et Leven.

Malgré cette publication et dénonciation le scandale n’a pas eu lieu et la personne qui, dans cette annonce, était présentée comme le « prêtre » ayant participer aux activités de ce groupe de travail occupe toujours aujourd’hui une fonction élevée dans le diocèse d’Anvers.
Les prédateurs continuent partout dans le monde à abuser de la jeunesse, de leur crédulité et de leur innocence au nom de leur Dieu tout puissant.

Il est temps que la justice des hommes passe. Mais pour cela, il faut impérativement en finir avec cette société patriarcale et mettre les églises et le système capitaliste dans l’impossibilité d’agir. Pour cela, il est impératif que le peuple s’émancipe de ses supposés bienfaiteurs, malfaiteurs et bonimenteurs que sont : les curés, les patrons, les politicards... Les « corbeaux sont noirs comme l’enfer. Même en enfer Satan ne voudrait pas de cette engeance. Car comme le disait le cardinal de Bernis : « Je préfère le paradis pour son climat , mais l’enfer pour ses fréquentations. »
---------------------------