Dictionnaire - Maitron des anarchistes
Hugues Lenoir

Le Maitron des anarchistes est une déclinaison spécifique du grand Dictionnaire bibliographique du Mouvement ouvrier français (DBMOF) dit Le Maitron.

Ce dictionnaire, publié depuis 1964 à l’initiative de Jean Maitron, lui-même historien du mouvement anarchiste, constitue une immense base de données biographiques qui vise à réunir les biographies des militants et militantes du mouvement ouvrier et du mouvement social depuis 1789 jusqu’à mai 68 en France. Il ambitionne de garder la mémoire de ce mouvement et de tous ceux et celles qui le firent vivre, des plus humbles et souvent oubliés ou plus connus.

réunir les biographies des militants et militantes

Il comprend aujourd’hui 45 volumes français alphabétiques dont 10 volumes internationaux sur des mouvements sociaux « étrangers » comme l’Algérie, le Maroc ou la Chine… ou des dictionnaires spécifiques comme ceux consacrés des Electriciens et Gaziers ou encore des Cheminots. En 2020, il totalisait 198 545 biographies.

Entamé en 2006, Les Anarchistes, Dictionnaire biographique du mouvement libertaire francophone a paru en 2014. Il est constitué de 500 biographies dans sa version papier et 5010 en 2020 sur le site du Maitron consultable gratuitement en ligne (https://maitron.fr). Il reste ouvert à de nouvelles contributions biographiques au fur et à mesure de nouvelles sources familiales ou archivistiques…

Le Maitron des anarchistes est le résultat d’une collaboration étroite entre le responsable éditorial du dictionnaire et d’un militant des chroniques syndicales de Radio libertaire. Les biographies qui le composent sont soit issues des volumes du Maitron général, soit inédites pour certaines. Les biographies anciennes toujours relues ont souvent été corrigées, complétées et mises à jour. Il a été rédigé à la fois par des historiens correspondants du Maitron et une équipe de militants libertaires.

A noter ce dictionnaire est celui du mouvement libertaire francophone, internationalisme oblige, on y rencontre donc des anarchistes suisses, belges, du Québec… ainsi que des militants venus d’ailleurs mais ayant significativement militer dans les mouvements francophones.

Il fut par ailleurs décidé par l’équipe rédactionnelle que pour ceux qui furent des compagnons mais qui plus tard quittèrent le mouvement libertaire de ne faire apparaître que la tranche de vie où ils furent des nôtres. De plus, il fut convenu qu’un certains nombres de militant-e-s souvent encore en vie et ayant militer avant 1981 apparaîtraient dans des notices biographiques provisoires et donc à compléter dans le temps. Il s’agissait à la fois de montrer l’actualité du mouvement anarchiste et de laisser traces afin de ne pas oublier, comme ce fut trop souvent le cas, nombres de compagnons et compagnes qui œuvrèrent pour l’Idée. Comme l’écrivait les auteurs de l’avant-propos : ce « dictionnaire s’inscrit dans une volonté de renouveau de l’historiographie du mouvement libertaire, en y incluant la dimension humaine, celles des acteurs, des femmes et des hommes qui ont consacré leur vie, ou une partie de celle-ci, à la lutte pour l’émancipation et le refus des autorités aliénantes ».

Hugues Lenoir